Discrimination en matière d’emploi

ordonnace bruxelles capitale

Projet d’ordonnance visant à lutter contre les discriminations en matière d’emploi en Region de Bruxelles-Capitale

Le parlement bruxellois a voté, le vendredi 13 octobre 2017, une ordonnance visant à doter la Région de Bruxelles-capitale d’outils visant à lutter contre les discriminations dans l’accès à l’emploi. Cela fait de Bruxelles le premier pouvoir public belge à disposer de tels outils.
L’adoption d’une telle réglementation concerne directement BeProud et ses membres puisqu’elle s’inscrit dans la volonté de réduire l’une des causes à l’origine du chômage d’un grand nombre de personnes pourtant qualifiées.
Concrètement, l’ordonnance crée deux outils de testing permettant de démontrer l’existence d’une discrimination à l’embauche : les appels mystères et les tests de situation.
Les appels mystères sont des appels passés à un employeur afin de vérifier qu’il ne répond pas à une demande discriminante d’un client potentiel.
Les tests de situation sont tout autre chose : il s’agit de prouver qu’un employeur est coupable de discrimination en envoyant deux CV identiques en tout sauf sur un élément (par exemple les origines de la personne) qui serait une potentielle source de discrimination.

Chez BeProud, nous avons lu pour vous l’ordonnance et nous nous sommes renseignés sur la question ! Si le texte présente bien, dans les faits la procédure sera tout de même complexe. On s’explique par un cas pratique :
Je postule pour un poste de responsable marketing dans un hôtel de luxe en envoyant mon CV. Quelques temps après l’envoi, je reçois un mail-type signifiant que ma candidature n’a pas été retenue. Je soupçonne que c’est parce que je suis un homme afrodescendant. Quid ? Et bien, il faut se présenter chez Unia, au Guichet anti-discrimination d’Actiris ou au MRAX et raconter son expérience. Suite à cela, une enquête sera menée et ensuite seulement (entendez si les conclusions de l’enquête permettent elles aussi d’affirmer que mes soupçons sont fondés), le testing entrera en jeu. Et puis, si le test en positif, alors on présume qu’il y a eu discrimination et la personne concernée sera interrogée.
Cette ordonnance constitue un pas en avant mais le chemin est long, encore.
Chez BeProud nous tenons à rappeler que sur 10 personnes victimes de discriminations, 9 ne portent pas plainte. Nous rappelons également que selon des études menées par Unia et par la KUL, les personnes afrodescendantes dont le niveau de qualification est élevé (études supérieures) se trouvent plus fréquemment au chômage. En outre, lorsqu’elles sont diplômées et qualifiées, ces personnes sont plus souvent contraintes d’accepter un emploi qui n’est pas en rapport avec leur niveau d’étude ou de qualification et l’acquisition de la nationalité belge a par ailleurs un impact dérisoire sur leur situation sur le marché de l’emploi. Il y a donc du pain sur la planche, et notre ASBL veut contribuer à changer cette situation : soyez fiers de votre diversité et ne baissez pas les bras ! Postulez et mettez toutes les chances de votre côté, informez-vous sur ce qui existe pour vous protéger, soyez plus que prêts pour vos entretiens. Mais surtout, n’ayez pas honte de ce que vous êtes.

Sources :
Unia, « Discrimination envers les personnes d’origine subsaharienne : un passé colonial qui laisse des traces » , Rapport, mai 2017, disponible sur : http://www.unia.be/files/Documenten/Publicaties_docs/Rapport_n%C3%A9grofobie_FR_Layout.pdf
Parl. De la Région de Brux., PROJET D’ORDONNANCE visant à lutter contre les discriminations en matière d’emploi en Région de Bruxelles-Capitale, disponible sur http://weblex.irisnet.be/data/crb/doc/2017-18/133065/images.pdf